Information : Please take a moment and visit your profile to choose a flag.

Le Christ en soi...

Endroit pour discuter de ce qu'est le HPU, ainsi que toutes ces genres de choses.
Avatar de l’utilisateur
Canada fredQU
lio ANMISTRATATOR he he...he he he
lio ANMISTRATATOR he he...he he he
Posts in topic : 1
Messages : 37
Inscription : lun. oct. 29, 2018 1:56 pm
Contact :

Le Christ en soi...

Message non lu par fredQU » ven. juil. 12, 2019 6:46 pm

Le Christ serait un cristal. Ou bien, ce sont les cristaux qui sont nommés ainsi, à cause du Christ.

Un cristal représente un état d'équilibre transcendantal. Le Christ en soi, quant à lui, représente cette état d'équilibre transcendantal, mais au niveau biologique (si on peut dire).

Quand on atteint l'état Christique, on considère la vie dans son ensemble, manifestée dans chaque parcelle de vie.


L'autorité du Christ, et la crisse d'autorité.


Quand on atteint l'état Christique, il n'y a plus d'autorité. Parce que l'autorité qu'on se donne, ou celle qu'on défère à un tiers, ne fonctionne plus face à la vie Christique. Parce que lorsqu'on atteint l'état Christique, la seule influence psychoculturelle qui s'applique est d'enseigner ou d'apprendre. Les kekeclowns de l'autorité ont besoin d'avoir un levier sur les sujets. Ce levier se reconnait grâce aux limitations des sujets face à une/des situations. Avant d'être purifié pour devenir cristaux, il faut passer par l'étable de la sublimation du complexe sauvage de la peur.

Une fois devenu Christique, la peur n'a plus la même saveur
Ou plutôt, une fois devenu Christique, on reconnait les émotions comme des expériences individuelles, créatrices d'apprentissages.

La décantation des expériences subjectives de la vie, est néfaste sur le long terme. Une décantation se produit lorsque différents aspects d'un ensemble informe se renforcent entre eux-mêmes. Ce renforcement rends plus aisé l'inspection et l'identification. Mais puisqu'on a rien sans rien, l'inspection et l'identification n'est jamais parfaite. C'est-à-dire, plus il devient aisé d'identifier quelque chose, plus il devient difficile de passer à autre chose ensuite. Quand les émotions se dénombrent au niveau individuel, c'est toute la richesse du potentiel humain qui est ainsi brimé.

La peur est reconnu comme une émotion. La peur est en fait la décantation qui s'est achevé vers un résidu parasite qui encourage la récession.
La peur est surtout due au renoncement à l'apprentissage. Quand on n'a pas appris à réaliser que le corps physique n'est pas éternel et qu'on va mourir un jour, on se contente de sauvegarder au mieux de ses capacités l'idée qu'on se fait de l'état dans lequel on était lorsqu'on était Christique. La sauvegarde n'est évidemment pas parfaite. En tentant de conserver le peu qu'on a, on finit à tous coups à tout perdre. Alors on identifie des émotions comme "la joie" ou bien "le bonheur", auxquelles on aspire, mais sans jamais vraiment y croire. Parce que ce qu'on considère comme le bonheur, n'est en fait rien d'autre que l'état normal de l'humain Christique.

L'humain Christique n'a pas peur de ne pas être heureux.
L'humain Christique reconnait les émotions pour ce qu'elles sont: des expériences créatrices d'apprentissages. Le bonheur n'est pas en soit une expérience : c'est un état d'être, l'état d'être Christique. Les personnes qui se donnent des airs d'autorité n'aiment pas cela. Car le seul levier qu'ils ont auprès des humains Christiques, c'est de leur faire vivre de nouvelles expériences, desquelles les Christiques apprendront encore et encore de nouvelles choses, faisant ainsi progresser la vie vers la vie, le tout dans un état de bonheur. L'humain Christique serait en fait à la fois un révélateur, un émancipateur, un accélérateur de décantation, et bien d'autres choses encore!

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité